The Electric Universe The Electric Universe The Electric Universe
The Electric Universe l'univers électrique
Return to news story archive29 septembre, Traduction par megalegoland de l'article du 24 aout 2005 écrit par Wal Thornhill sur le site holoscience
Supernova 1987A Decodé

La supernova 1987A est le plus proche événement appelé supernova depuis l'invention du télescope. Cela fut observé pour la première fois en février 1987 dans le nuage de Magellan voisin, une galaxie naine, compagnon de la voie lactée, et seulement à 169.000 années lumière de la terre. L'observation rapprochée depuis 1987 a maintenant fourni la preuve que les supernovas sont des décharges électriques catastrophiques concentrées sur une étoile.


>> la structure énigmatique et magnifique de SN1987A avec ses trois anneaux axiaux. L'éclairage de l'anneau équatorial est évident. Les deux étoiles sont juste dans le champ visuel et ne sont pas associés à la supernova. .
Credit: NASA/STScI/CfA/P.Challis.

Une supernova est l'un des événements les plus énergiques dans l'univers dont on a été témoin. L'explication admise est qu'elle se produit à la fin de la vie d'une étoile, ou l'étape appelée géante rouge, quand le carburant nucléaire d'une étoile est épuisé. Il n'y a plus de dégagement d'énergie nucléaire dans le noyau ainsi les énormes étoiles s'effondrent sur elle-même. Si elles sont suffisamment massives, on pense que les couches implosantes d'une étoile "rebondissent" au moment où elles frappent le noyau, et ont pour résultat une explosion, ensuite, la vague de souffle éjecte l'enveloppe de l'étoile dans l'espace interstellaire. L'anneau équatorial lumineux est provoqué par la collision de la matière éclatée de l'étoile avec les restes du vent stellaire. Les deux minces anneaux sont un problème. La meilleure explication des théoriciens fut de postuler pour un genre de faisceau tournant autour du reste de ce qu'on assume être la supernova, balayant et allumant vers le haut une coquille de gaz expulsée à une époque antérieure. La nature ad hoc de ces explications est évidente.

La détection d'un reste de pulsar après une supernovas est expliquée par l'implosion du noyau stellaire produisant une étoile à neutron. Les pulsars émettent des éclats de rayonnement jusqu'à plusieurs milliers de fois par seconde. On pense qu'une pulsar doit être un objet stellaire "super-effondré" qui peut tourner jusqu'à plusieurs milliers de fois par seconde et émettre un faisceau tournant de rayons X (comme un phare). Le bon sens suggère que ce modèle mécanique est mauvais quand la vitesse de rotation de quelques pulsars vont au delà d'une limite physique, même pour un objet si bizarre.

Un exemple récent de la pensée conventionnelle peut être vu sur le site Web de Chandra. Le 17 Août, une nouvelle histoire a été signalée:
“Supernova 1987A: Fast Forward to the Past.”


>> Credit: X-ray: NASA/CXC/PSU/S.Park & D.Burrows.; Optical: NASA/STScI/CfA/P.Challis

Les observations récentes de Chandra ont indiqué de nouveaux détails au sujet de l'anneau ardent entourant l'explosion stellaire qui a produit la supernova 1987A. Les données sont assez perspicaces dans le comportement de l'étoile condamnée quelques années avant qu'elle ait éclaté, et indiquent que l'éclairage spectaculaire prévu de l'anneau circonstellaire a commencé. L'emplacement de l'explosion a été tracé à l'endroit d'une supergéante bleu appelée Sanduleak -69º 202 (SK -69 pour abrèger) qui a une masse approximative estimée à 20 soleils.

Ensuite, l'ultra-violet et les observations aux rayons X ont permis à des astronomes de rassembler le scénario suivant pour SK -69 : il y a environ dix millions d'années l'étoile fut formée dans l'ombre dense d'un nuage de poussière et de gaz ; il y a environ un million d'années, l'étoile a perdu la plupart de ses couches externes dans un vent stellaire dont le lent mouvement a formé un vaste nuage de gaz autour d'elle ; avant que l'étoile ait éclatée, un vent à grande vitesse venant de sa surface chaude a créé une cavité dans le nuage de gaz froid.

Le flash intense de la lumière UV venant de la supernova a illuminé le bord de cette cavité pour produire l'anneau lumineux vu par le télescope spatial Hubble. En même temps, l'explosion de la supernova a envoyé une onde choc tonitruant par cette cavité. En 1999, Chandra met en images cette onde de choc, et les astronomes attendent en expectative que l'onde choc vienne frapper le bord de la cavité, où elle rencontrerait un gaz beaucoup plus dense déposé par le vent de la geante rouge, et produirait une augmentation dramatique de rayonements X.

Les dernières données de Chandra et du télescope spatial Hubble indiquent que cet événement trés annoncé a commencé. Les "chaudes-taches optiques" encerclent maintenant l'anneau comme un collier de diamants incandescents. L'image de Chandra indique un gaz de plusieurs millions de degrés à l'endroit des "chaudes-taches optiques". Les spectres de rayon X obtenus avec Chandra fournissent l'évidence que les "chaude-taches optiques" et les rayon X que produisent ce gaz sont dus à une collision de l'onde de choc de la supernova se déplaceant vers l'exterieur avec des doigts denses de gaz frais dépassant vers l'intérieur de l'anneau circumstellaire.

IMAGE
>> Illustration: NASA/CXC/M.Weiss [Clic pour agrandir]

Ces doigts ont été produits il y a bien longtemps par l'interaction du vent à grande vitesse avec le nuage dense circumstellaire. La collision de l'onde de choc de la supernova ce déplaceant vers l'exterieur (jaune) avec les doigts denses des taches lumineuses de gaz froid (blanc) donnent l'émission optique et les rayons X. Les débris en expansion (bleus) de l'étoile éclatée est en retard derrière l'onde choc et, excepté une coquille mince autour du bord externe (couleur or), sont trop froid pour produire des rayons X.

Les doigts denses et l'anneau circumstellaire mis en évidence représentent seulement le bord intérieur d'une quantité beaucoup plus grande et inconnue de matière éjectée il y a bien longtemps par SK -69. Car l'onde choc entre dans le nuage dense, l'ultra-violet et le rayonnement X due à l'onde de choc chaufferont beaucoup plus de gaz circumstellaire.

Puis, comme l'a remarqué Richard McCray, un des scientifiques impliqués dans la recherche de Chandra, la "supernova 1987A illuminera son propre passé."."




Au contraire, la supernova 1987A nous montre seulement comment la théorie d'une explosion supernova s'adapte mal aux observations.

L'illustration explicative officielle ci-dessus est conjecturale et se fonde (encore) sur la matière invisible que l'étoile est censée avoir commodément libéré juste aux bons endroits et sous une forme filamenteuse pour produire les effets observés. Tout ça pour dire que " la prévision de l'éclairage spectaculaire de l'anneau circumstellaire" n'est pas sincère. Ni la présence des trois anneaux ni le modèle de la "perle" lumineuse dans l'anneau équatorial n'a été prévue par la théorie. "les images de Hubble des anneaux sont tout à fait spectaculaires et inattendu," a dit Dr. Chris Burrows de l'Agence européenne de l'espace et de l'institut de la Science du télescope spatial à Baltimore, en Maryland, aprés leurs découverte. "c'est un objet sans précédent et bizarre. Nous n'avons jamais vu quoi que ce soit se comporter ainsi précedement." Le modèle de l'éclairage n'est pas expliqué par l'expansion d'un choc frontal".

Il y a un problème encore plus fondamental avec SN1987A. L'étoile au centre s'est avérée avoir été une "géante bleue". Mais une explosion supernova est supposée avoir besoin d'être de dix fois la taille d'une géante rouge. Il n'y a aucune évidence que SK -69 était une géante rouge, émettant un vent stellaire massif. L'histoire d'une étoile n'est pas basée sur l'observation, c'est une fabrication exigée par la theorie.
------------------------------------------------------------------------

La forme axiale de SN1987A est celle d'une nébuleuse planétaire. Il y a cinquante ans un scientifique britannique, Dr. Charles E. R. Bruce (1902-1979), a argué du fait que la forme bipolaire, les températures et les champs magnétiques des nébuleuses planétaires pourraient être expliqués comme étant une décharge électrique. Bruce a été idéalement situé pour faire cette découverte, étant un ingénieur électrique versé dans le comportement énergetique due à la foudre et un camarade de la société astronomique royale. Il a été ignoré.


>> C. E. R. Bruce indiquant des exemples de nébuleuses planétaires qui n'augmentent pas simplement leur coquille autour d'une étoile centrale. Courtoisie de E. Crew.

L'endroit pour rechercher de vraies réponses est non dans la théorie astrophysique abstraite mais dans les expériences, les simulations pratiques d'ordinateur géant, et de quelques cosmologues sur le plasma. Ils lâchent des décharges électriques synthétiques les plus puissantes de notre planète. Le résultat s'appelle le "z-pinch." [ le "z-pinch" vient de la représentation habituelle d'un courant qui s'écoule le long de l'axe z, parallèle au champ magnétique. Avec un courant suffisament fort, le plasma étant constitué par le "pincement" d'une décharge électromagnétique dans une "corde de saucisses", butées toriques et instabilités de plasma, le long de l'axe Z].

IMAGE
>> les décharges électriques (chiffres de Lichtenberg) illuminent la surface de la "Z machine", la source du rayon X le plus puissant du monde, pendant un tir récent de l'accélérateur. L'avance la plus récente a donné une puissance de rayon X d'environ 290 trillion de watts pour des milliardièmes d'une seconde, environ 80 fois le rendement du monde entier de l'électricité.[Clic sur l'image pour élargir]

Depuis Bruce, et après le travail pilote de Hannes Alfven sur un modèle électrique du circuit d'étoiles, il est devenue clair pour les cosmologues sur le plasma que les effets electriques z-pinch sont des instruments fondamentaux pour la formation d'une étoile. Une fois formée, une étoile continue à être allumée par le courant électrique fourni dans tout l'univers à travers les lignes cosmiques de transmission connues sous le nom de courants de Birkeland, sous forme de filaments. Ces filaments géants peuvent être tracés par leurs transmissions radio. Les étoiles tracent également des courants de Birkeland dans les galaxies de la même manière que l'éclairage des villes ("streetlights") tracent les itinéraires dans les câbles électriques.

les étoiles sont un phénomène électriques, et non thermonucléaire. En conséquence, la taille, la couleur et le spectre d'une étoile ne nous indiquent rien au sujet de son âge. Une géante rouge est énorme parce qu'elle est sous une faible tension électrique. Elle n'est pas à la fin de sa vie. Et étant sous une faible tension, elle n'est pas prévue pour éclater. Cependant, une étoile bleue est sous une tension électrique extrême. Nous ne devons pas avancer le postulat ad hoc que SN1987A était une géante rouge avant qu'elle ait éclatée.

IMAGE
>> ici nous voyons les changements de l'anneau équatorial en fonction du temps. Quelques astronomes ont écrit, " l'origine de l'anneau circumstellaire est le mystère exceptionnel de SN 1987A. Pourquoi cet anneau si étroit, et est-il autant circulaire ? Pourquoi augmente-t-il si lentement ? Aujourd'hui nous n'avons aucune réponse claire à ces questions. Mais nous savons que l'anneau autour de SN1987A n'est pas unique. Beaucoup de nébuleuses planétaires ont des structures bipolaires remarquablement semblables"[Clic sur l'image pour élargir]

Comment une étoile éclate ? "L'implosion qui a suivi le modèle conventionnel d'explosion" a beaucoup d'imperfections. Une étoile électrique, d'autre part, a une séparation de charge interne qui peut actionner une étoile au loin, comme un flash de foudre expulsive. L'étoile soulage l'effort électrique par fission ou enlève à l'air comprimé la matière chargée. Une étoile a également une énergie électromagnétique stockée dans un anneau de courant équatorial. La matière équatoriale est éjectée par des décharges entre cet anneau de courant et l'étoile. Notre propre soleil le fait régulièrement sur une petite échelle. Cependant, si l'énergie stockée atteint une certaine valeur critique elle peut être libérée sous forme d'exercice bipolaire, ou d'éjection de matière, le long de l'axe de rotation. Le reste du SN 1987A montre une éjection bipolaire sous forme de deux gouttes de matière (à l'intérieur de l'anneau lumineux).

L'anneau lumineux perlé prouve que la matière a été éjectée à l'équateur. Cependant, l'anneau n'augmente pas. Les deux autres anneaux plus petits sont également arrangés au-dessus et au-dessous de l'étoile sur le même axe et montrent des taches semblablent mais de plus faible luminosité.

Par convention, l'onde de choc d'une étoile éclatée devrait se montrer sphérique, plutôt qu'axiale, avec une symétrie. Et il n'y a aucune raison particulière pour laquelle le choc précedent devrait former un anneau de taches lumineuses. Nous devrions nous attendre à une certaine indication évidente de la cavité sphérique.

Une étoile est un phénomène électrique de décharge de plasma. L'énergie électrique produit des éléments lourds près de la surface de toute étoile. L'énergie est transférée sur des distances cosmiques par l'intermédiaire des lignes de courant de transmission de Birkeland. L'énergie peut être libérée graduellement ou stockée dans un circuit stellaire et être lâchée de façon catastrophique. Ce sont ces circuits cosmiques qui sont la source d'énergie pour l'explosion supernova, pas l'étoile. C'est pourquoi le rendement d'énergie de quelques nébuleuses excède celle fourni par l'étoile. Voirchocs de Eta Carina.

L'énergie électrique libérée par la fission en supernova est prodigieuse, ainsi il va sans surprise qu'il y ait une abondance d'éléments lourds et de neutrinos dispersés dans l'espace par le "flash stellaire."



L'évidence cruciale de la nature électrique des supernovas doit venir de l'expérience et de l'observation.

Anthony L. Peratt, camarade, IEEE, a édité un papier séminal dans les transactions d'IEEE sur la Science du plasma, vol. 31, le numéro 6, décembre 2003. C'a été intituléCharacteristics for the Occurrence of a High-Current, Z-Pinch Aurora as Recorded in Antiquity. dans cet article, il a expliqué les caractéristiques peu communes d'une décharge de grande énergie de plasma. Il a expliqué des faisceaux de particules de milliers d'ampere et a montré leur 28 symétries déduisant 56 caractéristiques. Il a écrit : "le faisceau plein de particules chargées tend à former des cylindres creux qui peuvent alors filamenter à travers différents courants.Une fois observé du dessous, le modèle se compose de cercles, d'anneaux circulaires de taches lumineuses, et de flammes intenses de décharge électrique reliant la structure intérieure à la structure externe."


>> cette photographie montre un plateau témoin en titanium de 0.6-mm qui a été placé 15 centimètres devant un faisceau de 100 kilo-Gauss, chargé de particules en dessous de mille ampere. Au commencement, le faisceau de particules était cylindrique mais a filamenté après avoir voyagé sur les 15 centimètres. Dans la gamme en-dessous de un milliard d'ampere, le nombre maximum des filaments due à l'effet "z-pinch" a permis avant que le champ magnétique cylindrique ne se coupe plus en "iles" de dénombrer 56 paramètres.

Ces résultats montrent que différents filaments de courants ont été maintenus par leurs champs magnetiques azimutaux, une propriété qui se perd en augmentant le nombre de filaments du courants électriques. La graduation est constante sur une épaisseur donnée pour les faisceaux de un millionième d'ampère aux faisceaux de plusieurs millions d'ampere et pour des diamètres de faisceau de l'ordre du millimètres aux milliers de kilometres.

Cette graduation des phénomènes de plasma a été prolongée à plus de 14 ordres de grandeur, ainsi l'anneau lumineux de la supernova 1987A peut être considéré comme étant une balance stellaire, un "plateau témoin" avec la feuille équatoriale d'ejecta agissant en tant que "plateau" pour les courants axiaux de Birkeland autrement invisibles.

Peratt ajoute, "parce que les filaments de courants électriques porteurs sont parallèles, ils s'attirent par l'intermédiaire de la loi de la force de Biot-Savart, par paires ou parfois par trois. Ceci ramène les 56 filaments avec le temps à 28 filaments, par conséquent les 56 paramètres donnent 28 modèles de symétrie. Dans la réalité, pendant l'appareillage, tout nombre des filaments en-dessous de 56 peut être enregistré sous forme de paires mais n'est pas synchronisé pour se produire uniformément. Cependant, il y a une stabilité temporaire (de plus longues durées d'état) à 42, 35, 28, 14, 7, et 4 filaments. Chaque formation de paire est un vortex qui devient de plus en plus complex"

Les images du SN 1987A montre que les courants de Birkeland autour de l'étoile se sont appareillés sur un nombre de près de 28 paires. Les taches lumineuses montrent une tendance à former des paires et des groupes de trois. Ce modèle de "plateau témoin" explique pourquoi l'anneau rougeoyant est tellement circulaire et augmente si lentement - contrairement au choc frontal. Cela ressemble plus à un nuage ce déplaceant dans la la nuit à travers les faisceaux d'un anneau de lumière projetée.

Si l'anneau équatorial montre les courants de Birkeland dans la gaine externe d'une colonne courante de plasma axial, alors l'accès à la supernova est le résultat d'un z-pinch cosmique dans une colonne, concentrée sur l'étoile centrale. Il est important de noter que le z-pinch prend naturellement la forme omniprésente en sablier des nébuleuses planétaires. Aucune condition spéciale et champ magnétique mystérieusement créé ne sont exigés.

IMAGE
>> Les expériences et simulations ont dérivé des geometries pour les courants extrêmes de plasma dans une colonne de plasma. Les courants de Birkeland seront seulement évidents là où la densité de plasma est haute. [ Clic sur l'image agrandir ]

C'est également la forme de SN1987A avec ses trois anneaux. Il sera instructif pour les cosmologues de plasma d'observer étroitement le développement du "collier de diamants" de SN1987A. Je ne m'attends pas à ce que l'anneau se développe tel que le ferait un anneau due à une onde de choc. Quelques taches lumineuses peuvent être apercues en train de tourner autour de l'un l'autre et de fusionner. C'est une occasion plus rare et encore plus chere qu'un diamant que de pouvoir vérifier la nature électrique d'une décharge provenant d'une supernova. La supernova 1987A illuminera le futur de la cosmologie de plasma !

Le groupe de cosmologues sur le plasma n'a pas ignoré le pulsar, parfois trouvé dans un reste de supernova. Healy et Peratt dansRadiation Properties of Pulsar Magnetospheres: Observation, Theory and Experiment, concluent que la source de l'énergie venant du rayonnement ne peut être contenue dans le pulsar, mais peut à la place dériver de l'interaction du pulsar avec son environnement ou de l'énergie fournie par un circuit externe....Nos résultats soutiennent la vue d'une magnetosphère planétaire, où l'ampleur de la magnétosphère, et non l'émission due à une surface tournante, détermine l'emission d'un pulsar."

En d'autres termes, nous n'exigeons pas d'un objet super-condensé hypothétique de former un pulsar. Un reste stellaire normal subissant des décharges périodiques suffira. La cosmologie de plasma a la vertu de ne pas exiger d'étoile à neutron ou des trous noirs pour expliquer des sources compactes de rayonnement.

Ici se termine le croquis électrique de la supernova 1987A.

Postscript:


Cette découverte de la nature électrique des supernovas a des implications ici sur terre. La portée interdisciplinaire du modèle électrique de l'univers est accentuée par la découverte récente par Peratt que les objets de l'antiquité manifestent 56 parametres en suivant 28 symétries. Ceux-ci s'étendent à travers des pétroglyphes concentriques autour d'un monde de geoglyphes (pierre-anneaux), mégalithes, et autres constructions.Le plus renommé des mégalithes avec 56 parametres symétriques est Stonehenge.

IMAGE
>> une vue aérienne de Stonehenge. La vue inclut le rang, le fossé, et les remparts circulaires. Un certain nombre de trous d'Aubrey sont également évidents. La pierre de talon peut être vue dans en bas à droite. [Click image to enlarge]

Nos ancêtres étaient témoin d'une décharge électrique cosmique assez proche en hauteur. Cela soulève les questions fondamentales au sujet de l'histoire récente de la terre et de sa cargaison de vie.

Une explosion de compréhension sera une supernova intellectuelle et culturelle!

Back to top

Print friendly page

© Holoscience 2005   Â© Design by Me Myself & I   Web design by Raycon